Articles et actus techniques
Hauts-de-France / Normandie

Préparer les semis de lin fibre d’hiver

Dans les secteurs situés à l'intérieur des terres, les semis de lin fibre d'hiver prennent du retard, en raison des pluies. En attendant, voici quelques recommandations pour démarrer la campagne dans les meilleures conditions.
Semis de lin fibre d'hiver en 2022

Comment réussir le semis ?

LA DATE DE SEMIS

Le raisonnement de la date de semis du lin d’hiver doit tenir compte du risque de gel pour anticiper les dégâts de froid sur la culture (Tableau 1). L’objectif est :
    • A l’automne, d’obtenir des plantes bien enracinées, d’une hauteur maximale comprise entre 5 et 10 cm pour résister au froid ;
    • D’empêcher les lins d’entrer en croissance active pour éviter les dégâts de gel.

Tableau 1 : Préconisations des dates de semis des lins fibre d’hiver par région climatique

LA STRUCTURE DU SOL

Le développement racinaire de la culture conditionne en grande partie la résistance à l’hiver des plantes. Il est pour cela primordial de réaliser les semis dans un sol ressuyé pour garantir une bonne structure de sol. Une forte hétérogénéité de sol se traduira visuellement par des différences de stades et/ou de peuplement au cours de l’automne ou de la sortie d’hiver. Les plantes les moins développées seront plus sensibles au gel.

Le lin fibre d’hiver nécessite une gestion rigoureuse des pailles du précédent. Un déchaumage précoce est souvent nécessaire pour accélérer leur décomposition. Leur enlèvement est recommandé pour limiter la mobilisation d’azote inhérente à leur dégradation et pour ne pas ralentir la croissance du lin.

LA DENSITÉ DE SEMIS

La densité semée ne doit pas être supérieure à celle d’un lin de printemps car la levée, en terre réchauffée, ne souffre en général d’aucune perte et se fait sous une huitaine de jours. Viser une densité de peuplement autour de 1600 plantes levées/m².

Tableau 2 : Densité de semis en kg/ha (lin fibre de printemps) selon le PMG (poids de mille grains) et le nombre de grain/m²

*Terres argileuses, froides

LA FERTILISATION AZOTÉE

La fertilisation azotée est faible, pas d’apport à l’automne.

Au printemps, une mesure des reliquats sur l’horizon 0 – 60 cm permettra d’évaluer la nécessité d’un apport grâce à l’équation du bilan.

Tableau 3 : Méthode de calcul de la fumure azotée

ZINC : L’APPORT EST FACULTATIF SAUF EN ZONE À RISQUE

A l’inverse du lin de printemps, l’apport de zinc sur le lin fibre d’hiver n’est pas une priorité, en raison de conditions plus favorables à l’absorption de cet élément (sols plus réchauffés qu’au printemps).
Cependant, dans les situations à risque (pH élevé > 7,5, sol très calcaire…), l’emploi de semences pelliculées zinc est à privilégier.

Quelles stratégies de désherbage ?

LES LEVIERS AGRONOMIQUES

Il est primordial de ne pas tout miser sur la lutte chimique et donc, d’actionner les leviers agronomiques :
    - Réaliser un faux-semis quelques jours durant l’été après la récolte du précédent ou avant de semer ;
    - Labourer si nécessaire : en effet, le labour permet de diminuer le stock semencier de certaines espèces de graminées (efficace sur bromes, vulpin, ray-grass).

Dans les situations pour lesquelles les faux-semis sont impossibles ou difficilement mis en œuvre, le labour permet de lutter efficacement contre les repousses.

Ces leviers, à mettre en œuvre avant le semis, viennent en complément d’autres leviers de gestion de la parcelle en amont (exemple : l’allongement des rotations, l’alternance de culture d’hiver et de printemps, la réalisation d’un labour occasionnel, la mise en place de couverts en interculture…), qui permettent de diminuer les stocks semenciers des adventices concurrentes de la culture.

LA GESTION DES GRAMINÉES EN COURS DE CULTURE


Figure 1 : Proposition de stratégie de désherbage pour gérer une flore graminées sur lin fibre


Concernant la lutte contre les graminées vivaces tel que le chiendent, il convient d’utiliser les produits à dose pleine pour les maîtriser correctement dans les linières.

LA GESTION DES DICOTYLÉDONES EN COURS DE CULTURE



Figure 2 : Proposition de stratégies de désherbage pour gérer une flore dicotylédones


 

Conditions d’utilisation de certaines spécialités anti-dicotyéldones 

L’application de Chekker 200 gr (amidosulfuron et iodosulfuron) avant l’entrée de l’hiver est possible. Attention, son utilisation est interdite en sol drainé ayant une teneur en argile supérieure à 45 %.

L’utilisation d’Allié SX (metulfuron-méthyl) est également possible à l’automne à condition de ne pas dépasser les 15 gr/ha. Une seule application de ce produit est autorisée par an et par culture.

L’utilisation de Basagran SG est déconseillée dans les zones de captages classées AAC ou AAC Grenelle.

Concernant l’utilisation de Gratil (amidosulfuron), rappelons que la réglementation actuelle autorise une seule application par an pour un usage au printemps et une seule application tous les deux ans pour un usage automnal, afin d’éviter deux applications successives du produit à l’automne puis au printemps.

 

Tableau 4 : Conditions d’applications à respecter pour les solutions antigraminées et anti-dicotylédones

Consultez tous les résultats d’essais sur lin fibre dans le guide Choisir & Décider 2021

Réagissez !

Merci de vous connecter pour commenter cet article.

Se connecter
Ou connectez-vous avec
Pas encore inscrit ?
Créer un compte
Mot de passe oublié

Un email vous sera envoyé pour réinitialiser votre mot de passe.