Articles et actus techniques

Orge de printemps semée à l’automne : quelles solutions de désherbage ?

Semer une orge de printemps à partir de début novembre revient soit à décaler la date de semis d’une céréale d’hiver, soit à faire l’impasse sur la capacité nettoyante de cette orge semée au printemps. Dans ces conditions, l’orge de printemps implantée à l’automne ne sera pas indemne de graminées adventices. Le point sur les solutions envisageables.
Levée : orge de printemps, une feuille

Des produits racinaires d’automne sont autorisés au sens de l’homologation. Attention cependant à leur sélectivité ! Les désherbages d’automne peuvent en effet « marquer » la culture et la rendre plus sensible aux aléas climatiques, dont le gel. A noter également que les solutions de désherbage en sortie d’hiver sont quasi inexistantes (du fait de résistances).

En conséquence, on préfèrera implanter une orge de printemps à partir de début novembre sur des parcelles présentant des infestations faibles à modestes. Outre le fait de ne pas avoir dépensé un herbicide en cas de gel de la culture, c’est une manière de gérer durablement des parcelles encore propres.

Attention à la sélectivité des herbicides utilisés

En combinant l’ensemble de nos données d’essais (en particulier les essais sélectivité conduits pendant trois ans dans le Berry), des homologations, des solutions dont l’usage est autorisé et cautionné par les firmes ainsi que la liste des produits testés et acceptés sur orge de brasserie par l’IFBM, nous arrivons à sept solutions de désherbage contres les graminées (tableau 1).

Tableau 1 : Solutions antigraminées autorisées et sélectives d’une orge de printemps implantée à l’automne
Solutions antigraminées autorisées et sélectives d’une orge de printemps implantée à l’automne

Privilégier les solutions de post-semis/prélevée

L’orge de printemps étant semée tardivement à partir de début novembre, les solutions de post-semis/prélevée sont à privilégier pour plusieurs raison.

D’une part, lorsque les créneaux de semis sont bons à ces dates-là, ils sont souvent bons également pour les interventions de prélevée et Les problèmes de sélectivité sont moins importants.

D’autre part, les positionnements de postlevée précoce, à 1-2 feuille de l’orge, sur décembre pour des semis de mi-novembre, sont souvent plus délicats voire impossibles (sols trop humides, risque de gel plus importants…) ; et les sélectivités sont plus risquées.

Les programmes d’automne du type Avadex présemis puis Fosburi 1-2 F seront à réserver aux situations les plus infestées et/ou avec présence de bromes (efficacité limité).

A noter qu’investir dans des solutions onéreuses à l’automne n’est pas sans risque : un gel peut provoquer la perte de la culture et on risque d’avoir dépensé des euros pour rien.

Réagissez !

Merci de vous connecter pour commenter cet article.

Se connecter
Ou connectez-vous avec
Pas encore inscrit ?
Créer un compte
Mot de passe oublié

Un email vous sera envoyé pour réinitialiser votre mot de passe.