Articles et actus techniques
Ouest Occitanie

Pucerons des céréales : pas de traitement à prévoir dans la majorité des cas

Malgré les températures douces, le risque pucerons est faible et rares sont les situations qui nécessitent l’application d’un insecticide.
Des pucerons et des gouttes d'eau sur une feuille de céréales à paille en Occitanie

La présence prolongée de pucerons présente un risque de JNO (jaunisse nanisante de l’orge). En décembre 2022, la douceur hivernale a pu entraîner une colonisation de nouvelles parcelles dans certains secteurs : les observations sont donc à réaliser sur toutes les situations.

Figure 1 : Risque climatique de pucerons (multiplications et vols) - Station météo d’Albi (81)
Figure 1 : Risque climatique de pucerons (multiplications et vols) - Station météo d’Albi (81)

Les pucerons arrêtent leur activité de vol en dessous de 12°C. Les parcelles qui en étaient exemptes avant fin novembre ont peu de risque d’être colonisées. La douceur de fin décembre (D3) redevient favorable à la multiplication sur les parcelles déjà infestées. Dans certaines situations, de nouvelles colonisations ont ponctuellement pu avoir lieu.

Les insectes restent actifs jusqu’à 3°C. Sur les parcelles où des pucerons sont présents, même s’ils ne volent plus, ils continuent à se nourrir et profitent du retour de la douceur. Pour les détruire, les températures doivent descendre en dessous de -5°C à -12°C pendant plusieurs jours consécutifs.

Les fortes gelées du 10 et 11 décembre, ayant pu atteindre -7 degrés dans certains secteurs, ne semblent pas avoir détruit significativement les populations.

Nos recommandations 

Sur des parcelles où des pucerons sont actuellement observés (vérifier directement sur la parcelle, le piège jaune n’est qu’un indicateur des vols) et où le seuil est dépassé (10 % des plantes avec présence de pucerons ou présence de pucerons proches du seuil depuis plus de 10 jours) : un traitement peut être envisagé (cas rare).

Sur les parcelles où aucun de puceron n’est repéré, ou seulement quelques-uns en ayant cherché longuement (seuil en dessous de 10 %) : pas d’intervention.

A partir de mi-tallage, la résistance de maturité de la plante se met en place : ce phénomène limite le développement du virus au sein de la plante. Une intervention est possible jusqu’à fin tallage selon les recommandations.

Avant toute intervention, observer les parcelles.

Réagissez !

Merci de vous connecter pour commenter cet article.

Se connecter
Ou connectez-vous avec
Pas encore inscrit ?
Créer un compte
Mot de passe oublié

Un email vous sera envoyé pour réinitialiser votre mot de passe.