Articles et actus techniques
Auvergne / Centre / Île-de-France / Limousin

Cultures d'hiver : retour sur le climat de ce début de campagne

Températures plus chaudes et  pluviométries variables d’un secteur à l’autre ont marqué ce début de campagne culturale 2022/2023.
Blé au stade tallage début janvier 2023 en Centre

Des cumuls de températures supérieurs à la normale sur l’ensemble du territoire 

Depuis le début des semis de céréales d’hiver, le cumul de températures a été globalement supérieur à la moyenne sur l’ensemble de nos régions, avec des pics parfois très importants.  

L’ Auvergne et le Limousin restent les régions où l’écart est le plus fort, avec une majoration sur la période du 1er octobre 2022 au 14 janvier 2023, pouvant aller jusqu’à 2,8 °C par jour en moyenne par rapport à la médiane des vingt dernières années. 

Figure 1 : Carte des écarts à la médiane (référence 2002 - 2021) des sommes de températures en base 0 pour les régions Île-de-France, Centre, Auvergne et Limousin sur la période du 1er  octobre 2022 au 14 janvier 2023. 

Figure 1 : Carte des écarts à la médiane (référence 2002 - 2021) des sommes de températures en base 0 pour les régions Île-de-France, Centre, Auvergne et Limousin sur la période du 1er  octobre 2022 au 14 janvier 2023

 

Cumuls de pluviométrie : des situations disparates  

La situation est variable dans la grande région Île-de-France – Centre-Auvergne-Limousin. Si on dresse un bilan des écarts de cumuls de pluviométrie par rapport à la médiane sur ce début de campagne, un découpage Nord-Sud se détache assez clairement.  

Excepté sur le Centre-Ouest des Yvelines, les pluviométries constatées sur l’Île-de-France restent globalement similaires à la médiane ou modérément inférieures (-10 à -40 mm). Sur la grande majorité de la région Centre, les pluviométries sont également satisfaisantes : proches de la moyenne à légèrement excédentaire par rapport à la référence 2002-2021.  En descendant sur le sud de la région Centre, la situation hydrique se rapproche peu à peu de celle de l’Auvergne et du Limousin où le déficit de pluviométrie est généralisé, avec notamment des écarts à la médiane très marqués (-70 à -130 mm) sur la Creuse et ses environs. Le reste du territoire reste en déficit plus ou moins marqué. 

Figure 2 : Carte des écarts à la médiane (référence 2002 - 2021) des cumuls de pluviométrie (mm) pour les régions Île-de-France, Centre, Auvergne et Limousin sur la période du 1er octobre 2022 au 14 janvier 2023

Figure 2 : Carte des écarts à la médiane (référence 2002 - 2021) des cumuls de pluviométrie (mm) pour les régions Île-de-France, Centre, Auvergne et Limousin sur la période du 1er octobre 2022 au 14 janvier 2023

Des pluviométries insuffisantes pour recharger les nappes phréatiques 

Au 1er janvier 2023, le bilan du BRGM indique que l’ensemble des nappes phréatiques du territoire est à des niveaux modérément bas (couleur jaune), voire très bas (rouge). Plus préoccupant, la recharge des nappes inertielles (quasi-totalité des nappes du territoire) est à peine enclenchée puisqu’elles sont déclarées comme « stables » (carré) ou « en baisse » (triangle vers le bas). Située dans des secteurs où l’eau circule lentement à travers les pores de la roche, une nappe inertielle se caractérise par la lenteur de ces cycles. Son niveau dépend essentiellement des recharges d’hiver. Seul le niveau des nappes réactives au nord du Massif central est en hausse. 

Figure 3 : Carte des situations des nappes phréatiques au 1er janvier 2023 (Source : Bulletin de situation hydrogéologique- BRGM) 

Figure 3 : Carte des situations des nappes phréatiques au 1er janvier 2023 (Source : Bulletin de situation hydrogéologique- BRGM)

Réagissez !

Merci de vous connecter pour commenter cet article.

Se connecter
Ou connectez-vous avec
Pas encore inscrit ?
Créer un compte
Mot de passe oublié

Un email vous sera envoyé pour réinitialiser votre mot de passe.